IronMan Vitoria Gasteiz – Reconnaissance du parcours vélo

VitoriaSur un IronMan, pour la majorité des concurrents groupes d’âges, le vélo reste la partie la plus longue de l’épreuve avec des durées allant de 5h30 à 8h ! Autant dire qu’il vaut mieux préparer cette partie et savoir à quoi s’attendre précisément.

En s’inscrivant à Vitoria Gasteiz, ce que l’on voit tout de suite sur le papier c’est que le parcours est (ou semble …) plat :  520m de dénivelé positif pour 180k, soit moins qu’à Vichy sur 90k ! Soit la promesse d’une belle moyenne horaire 🙂

Parcours en 3 boucles

  • 3 boucles constituent le parcours de 180k, les 3 passant par le départ et la ville de Vitoria-Gasteiz.

La première boucle fait 47k pour 160m de D+ et fait le tour du lac d’Ullibarri Gamboa

Première boucle

Première boucle

La seconde est plus longue et sera à réaliser à 2 reprises, la première totalement, et la seconde fois en s’arrêtant à Vitoria Gasteiz pour partir sur la course à pied. Elle fait 72k/280m D+ la première fois, puis 61k/180m D+ la seconde fois

Seconde boucle

Seconde boucle

 

Troisième boucle

Troisième boucle

Plat, oui mais …

  • Sur le papier, avec un peu plus de 500m de dénivelé pour 180k, le parcours fait saliver … mais méfiance. Car loin d’être « plat », le parcours est une succession de toboggans, avec quelques casse-pattes au milieu.
Profil

Profil

Les points d’attention

  • Commençons par les bosses : raides mais courtes à part une montée un peu plus longue. Les principales bosses sont situées au
    • Première boucle : 
      • A quelques kilomètres du départ, première difficulté (https://www.strava.com/segments/8021875?filter=overall) qui sera à passer 3 fois en tout (une fois à chaque boucle)
      • La seconde intervient un peu plus loin après avoir tourné à droite au bout du lac (https://www.strava.com/segments/4301326?filter=overall). Celle-ci ne sera à passer qu’à une seule reprise (premier tour)
      • La troisième (et dernière) difficulté de ce premier tour, mais la plus longue, est la montée du barrage du lac, quelques kilomètres avant de repasser au point de départ, vers le 40e kilomètre
    • Seconde boucle :
    • Troisième boucle :
      • Seules la première bosse après le départ et celle de Gordea sont au programme, puisqu’après on se dirige vers la ville et T2
  • Le vent
    • Omniprésent depuis le début de la semaine, direction Nord – Nord/Ouest. Si il est présent dimanche, il risque de ne pas être important en début de matinée, mais de se lever durant la course. Pas de problèmes particuliers, si ce n’est sur l’aller-retour à Lubiano où l’on a vraiment l’impression de se trainer, et sur le retour au départ depuis Vitoria. Perso, pas de roue à batons à l’avant mais une roue de 45. Avec ça et la lenticulaire à l’arrière, aucun souci.
  • L’état de la route
    • Simple, c’est du billard  ! Jamais vu ça. Un revêtement de qualité à peu près partout, à se demander comment on fait pour avoir des routes aussi pourries en France 🙁 2 secteurs un peu moins bon où il faut faire preuve d’attention :
      • La route à la sortie d’Agurain : fissure en milieu de chaussée à éviter à moins de vouloir se refaire le ratelier … et de (trop) nombreux rond-points pas faciles à négocier en vitesse
      • Une petite portion de route sur le second et troisième tour aux environs d’Ozaeta … Mais là c’est plutôt un peu moins bon qu’ailleurs que réellement mauvais
    • Avec des pneus de 25 gonflés à 6.5 bars, ça file de toute manière …
  • L’aller-retour à Lubiano … rien de spécial si ce n’est … qu’on se traine à l’aller ! Ce morceau me rappelle un peu la portion de Maringues à Pagnant sur l’IronMan de Vichy pour ceux qui connaissent (https://www.strava.com/segments/9512642?filter=overall) : rien de spécial, mais tu n’avances pas ! Léger faux plat montant, un peu de vent, et il faut gèrer tranquillement en attendant le retour
  • Dernier point : les ralentisseurs 🙁 Nombreux dans les villages et certains d’entre eux sont franchement sévères. Méfiance …

Gestion de l’effort

Me concernant, pour une cible à 220W de NP, cela implique de rouler entre 220 et 240W dans les « montées » et de laisser filer entre 180 et 220W dans les « descentes » pour lisser l’effort. Je prévois de passer les bosses aux alentours de 300W (soit peu ou prou ma FTP) en espèrant ne pas y laisser trop de plumes. Les quelques kilomètres que l’on a pu faire sur le parcours en début de semaine montrent qu’avec cette gestion, il devrait être possible de tourner aux alentours des 36k/h sur le circuit. RDV dimanche pour vérifier çà !

Mise à jour du 7/7/2016 :

Hier, reconnaissance du troncon Vitoria – Landa avec la montée du barrage, sous la forme d’un aller-retour avec un vent du nord, donc de face lors du retour qui correspond au parcours emprunté à 2 reprises le jour de la course. Ce qui confirme qu’outre le vent, cette portion de parcours est sans doute la plus exigeante de toute le tracé avec plus de 100m de D+ et pas vraiment de repos, surtout si le vent est de la partie comme hier.

  • Aller-retour Landa-Vitoria (208W NP, 142BPM, 35.1kh) : https://www.strava.com/activities/632093564

 

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Caminotto dit :

    Bonjour
    J’ai terminé ironman Florida en 16h29 en 2013. Échoué ironman Barcelona pour 5′ cut off vélo en 2014 et hyper déçue ironman Vichy en 2015 cut off vélo trop serré. Ton conseil me plaît puis je échanger avec toi ?

  2. toutainp dit :

    Bonjour, merci. Oui, bien sur, pas de soucis, Patrick

  3. GRANDIN dit :

    Bonjour,
    Pour le logement on est 9 personnes a y aller as-tu une adresse a nous proposer.

  4. Bonjour, pas pour 9, désolé 🙁

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.