Race report – VentouxMan 1ère édition

VentouxMan

VentouxMan

5 Juin 2015, direction le sud pour la deuxième course de l’année : le VentouxMan ! Première édition d’un triathlon au format Half-IronMan (1.9/90/21) qui a la particularité d’inclure l’ascension du géant de Provence dans le parcours vélo !

Inscription lancée comme une boutade par mon camarade Eric, sans qu’on en mesure réellement la difficulté. Ni Catherine, ni moi, n’avions vu le mont Ventoux de près avant la course et ne mesurions réellement l’ampleur du défi. Et nous n’étions manifestement pas les seuls : 526 partants, 48 abandons …

C’est ainsi que nous nous retrouvons sous le soleil de provence, le Samedi 6 juin au parc à vélo situé sur la commune de Piolenc. En effet la course à ceci de particulier, à l’instar de l’Alpe d’Huez, qu’il ne s’agit pas d’une boucle et que celle-ci comporte un dénivelé positif supérieur (de loin !) au dénivelé négatif. Le départ aura lieu à Piolenc, où se tient la natation, et il s’agira ensuite de rejoindre la station de Mont-Serein sur les pentes du Ventoux, après avoir gravi ce dernier par Boduen. S’en suivra 21k de course à pied (ramenée à 17k dans les derniers jours) sur un parcours typé trail au parcours relevé.

14h, dépôt des vélos au parc après avoir parcouru les 20 premiers kilomètres du parcours histoire de vérifier le matériel et de débloquer l’organisme.

Pour cette course, hors de question de partir en CLM. N’ayant pas encore reçu mon nouveau Canyon, je ferai la course avec mon vélo de route, équipé toutefois d’aérobarres pour négocier les 70 premiers kilomètres particulièrement roulant.

QQs exposants sont présents et on retrouve au niveau du parc à vélo l’ambiance d’une course sympa, sans pression. Ce qui se confirmera le lendemain. En même temps que le vélo, on a la possibilité de déposer le sac T2 qui sera alors amené au Mont-Serein par l’organisation. Comme nous allons faire la reco complète, nous le gardons pour le déposer directement là-bas.

On prend alors la voiture pour reconnaitre les 90k du parcours vélo et enfin découvrir cette montagne que tout le monde semble redouter.

Le Mont-Ventoux

Il s’avère que le parcours est roulant pendant presque 70k, sans grande difficultés, si ce n’est la cote de Crillon le Brave à l’approche du Ventoux (1k à plus 16%). Une fois passé le village de …, les difficultés commencent avec les 15k d’ascension à x% de moyenne ! Une fois arrivé en haut du Ventoux, redescente en quelques lacets sur la station du Mont-Serein où se déroulera la course à pied. L’orage qui sévissait en début d’après-midi est alors terminé et après avoir échangé un peu avec les bénévoles présents (moyenne d’âge élevée + T-shirt finisher UTMB & co = respect !), nous décidons de faire une ballade sur le parcours de course à pied qui consiste en une boucle de 4.5k à réaliser 4 fois le lendemain. A noter que le parcours était originellement de 21k, mais a dû être changé par les organisateurs au dernier moment (interdiction de traverser une réserve naturelle). Celui-ci sera certainement revu l’an prochain pour faire 21k effectif ce qui rajoutera à la difficulté comme on va le voir … Cette ballade est l’occasion de constater à quel point le parcours est difficile avec presque 100m de dénivelé à chaque boucle, et un terrain caillouteux à souhait en sous-bois. On sent que la course va être compliquée le lendemain mais on ne s’imagine pas encore à quel point !

Retour à l’hotel (Le Guintran à Bédoin). Petit conseil pour ceux qui s’incriraient en 2016 (dont nous 🙂 ) : réserver dès que possible un logement à la station du Mont-Serein pour être sur place le dimanche matin.

En effet, ne logeant pas sur place, c’est à 4h du matin L que l’on se réveille pour prendre la direction du Mont-Serein et attraper la navette qui nous amènera au départ à 5h30. La température, déjà supérieure à 20°, et le ciel dégagé laisse à penser que la journée sera « chaude », ce qui s’avèrera exacte avec plus de 30° dans la journée.

Une fois tout le petit monde embarqué dans les bus, direction Piolenc. Ambiance détendue et sereine, mais sérieuse. Tous ceux qui sont là savent que la journée sera longue et les discussions sont peu nombreuses, chacun cherchant à profiter de quelques minutes de repos supplémentaire. Enfin presque tous, puisqu’au vu des résultats, il est manifeste que de nombreuses personnes, n’étaient soit pas entrainées pour une telle épreuve, soit ont mal géré celle-ci.

  • Natation
    • Arrivés au départ, c’est la même ambiance qui prévaut dans le parc à vélo, chacun préparant consciencieusement son matériel en regardant le Ventoux qui nous défie déjà au loin. Facile au moins de voir l’arrivée ! En même temps, on reste suspendu à la communication par l’arbitre principal de la température de l’eau … Ouf, celle-ci est mesurée à 23.8° mais était sans aucun doute à plus de 24° 😉 Va pour la combi !
    • Direction le départ, avec un départ dans l’eau, les femmes 5’ avant les hommes, pour 2 boucles sans sortie à l’australienne. La natation se passe sans encombre même si avec un départ groupé à 700, ça frotte un peu à toutes les bouées.
    • Sortie de l’eau en 38’25 », en même temps que Catherine et Cécile, parties 5’ avant (Note : les filles, faudrait voir à arrêter de progresser sans quoi vous allez nous botter le c…).
  • Vélo
    • Transition express, bisous à Catherine en passant et direction le Ventoux, sous un soleil radieux … mais avec du vent 🙁 Alors que la veille, aucune brise ne se faisait sentir, un petit vent du nord/nord ouest va venir nous ralentir un peu sur le début de course. Les 2 premiers kilomètres sont avalés, et arrivée à Piolenc où l’on doit mettre pied à terre pour traverser la RN7, ce qui a pour effet de favoriser les regroupements 🙁
    • Durant les 70 premiers kilomètres je passerai mon temps à jouer à saute-mouton pour passer 2 gros paquets (que les arbitres essayeront de dissoudre il faut le reconnaitre). Mais je découvrirai après course qu’à l’avant, il y avait encore au moins 2 énormes TGV qui draftaient sans vergogne. Les kilomètres défilent dans un paysage magnifique à la Pagnol, entre les vignes, les dentelles de Montmirail et les petits villages provençaux que l’on traverse. La chaleur commence à se faire sentir de plus en plus à l’approche de Bédoin et du Ventoux, que l’on va aborder à une heure (11h) à laquelle, selon les personnes du crû, aucune personne saine d’esprit entâme l’ascension. Ambiance … Arrive la côte de Crillon le Brave en guise de teaser (1k entre 7 et 10%), où je me fais dépasser par une dizaine de concurrents … que je reprendrai dans le Ventoux 😉
    •  

    • Le Ventoux : Passé Bédoin, la ligne de chronométrage de l’ascension du Ventoux signale le début des choses sérieuses. Les conversations avec les concurrents autour de moi se font rares, chacun sait que les difficultés commencent. De mon coté, je pense surtout à Catherine et j’espère qu’elle va pourvoir faire l’ascension sans soucis avec son vélo. Je m’inquiète pour rien puisqu’elle fera sa course sans aucun souci 🙂 Premiers virages dans la forêt, et j’aperçois au loin une trifonction de Draveil … C’est notre ami Jean-Marc qui est déjà à l’agonie, le même qui me premettait un petit caillou blanc sur ma selle le matin avant la natation 😉 Le temps de l’encourager et je repars. Un spectateur qui compte les concurrents m’annonce 200e à ce moment de la course. Comme d’hab, j’ai nagé un peu mieux que la moyenne apparamment. un peu plus loin, c’est Jean-Mi qui lui tient les compteurs pour Draveil qui m’annonce Nicolas 16′ devant et Eric à 15′ … Vu qu’ils ont dû me prendre entre 3 et 5′ en nat, je me dit qu’ils ont astiqué en vélo sur les 70 premières bornes pour me prendre 10′ :-(Je suis un peu déçu mais je reste dans mon allure cible et je continue de monter tranquillement sans souffrir. C’est long, mais le paysage est superbe, et je double régulièrement des concurrents arrêtés ou au ralenti 🙂 Arrivé au chalet Raynard, je retrouve Jean-Mi qui est remonté en voiture, et me redonne les écarts avec mes camarades : Nicolas à 20′ (un avion de chasse !), mais Eric à moins de 10′ 🙂 Du coup, avec la pente qui devient moins forte, j’en profite pour attaquer et descendre 2 dents en espèrant revenir sur lui d’ici la course à pied. Je continue de doubler pas mal de monde qui agonise en montant à un bon rythme 🙂 Dernier raidillon et passage au sommet pour les qqs kilomètres de descente sur la station de ski. Descente « lente » pour une fois, et je me fais passer par un avion de chasse, un peu dégouté 🙁 C’est ma première sortie avec les DT Swiss et je ne suis pas hyper serein sur le freinage (ca a changé depuis !).
    • Au final, 4h11 (dont 1h53 pour l’ascension, 122e temps) et 138e temps vélo. Ce qui est amusant, c’est de constater qu’alors que je suis tout sauf un grimpeur et que la première partie est vraiment mon parcours type de prédilection, je ne fais que le 160e temps sur la première partie, mais le 122e sur l’ascension. Moralité : mieux valait en garder sous le pied au début !
  • Course à pied
    • Arrivée dans le parc à vélo, je retrouve … Eric assis par terre. Après 3′ de discussion, on repart tous les deux, mais il ralentit rapidement et j’attaque le parcours seul, rattrapé par Nicolas qui lui termine son premier tour 🙁 Premier tour qui pique, avec le raidard bitumé en descente après l’ascension. 1k plus loin, les cuisses se sont enfin faites une raison, mais pas les mollets ! Autant sur les portions « roulantes » (2 en fait), j’arrive à courir à 5:00/k, autant dans les montées, je suis obligé de marcher 🙁 Malgré tout pas de soucis, et je tiens le même rythme sur les 4 tours de course (le dernier est un peu plus long, mais j’ai fait la causette en route 🙂 )
    • Temps final d’1h41 et le 127e temps en course à pied

Temps global : 6:34:41 (136e sur 526 partants/478 classés) décomposé comme suit 

  • Natation : 38:25 (252e)
  • T1 : 1:27 (21e)
  • Vélo : 4:11:49 (138e) dont
    • Première partie : 2:8:18 (160e)
    • Ventoux : 1:53:33 (122e)
  • T2 : 3:15 (175) – passé un peu de temps avec Eric
  • Course à pied : 1:41:32 (127e)

Le classement complet est accessible ici : http://my1.raceresult.com/37681/results?lang=fr#

Rendez-vous est d’ores et déjà pris pour 2016 histoire d’améliorer significativement mon temps.

Quelques conseils pour ceux qui songent à s’inscrire en 2016 : 

  • Ne pas sous-estimer la difficulté et travailler l’endurance : plus de la moitié des concurrents mettent plus de 7h pour terminer la course, 100 personnes mettent plus de 8h (sic !) et il y a 48 abandons
  • Bien travailler son alimentation et son hydratation : la chaleur peut être terrible dans le Ventoux comme c’était le cas cette année, et il vaut mieux bien s’alimenter sur la première partie pour préparer l’ascension et la course à pied, puis ne prendre que du liquide dans l’ascension. Surtout ne pas faire l’impasse sur les ravitaillements en boisson, notamment celui de Bédoin
  • S’entrainer en trail pour la course à pied : le parcours est vraiment difficile, tant par le dénivelé, que par le terrain lui même. Et le parcours de l’an prochain risque d’être plus difficile, avec 21k cette fois ci …
  • Ne pas s’emballer sur les 70 premiers kilomètres : c’est l’erreur qu’on fait de nombreux concurrents, et ils l’ont payé cher dans la montée. Il suffisait de voir la tête des personnes que l’on doublait, à l’agonie dans la montée. Perso, je visais une puissance légèrement supérieure à un IM mais surement pas une intensité HIM. Et quand je vois la difficulté pour courir, je me dis que c’était encore trop
  • Réserver un logement le plus tôt possible au Mont-Serein pour prendre la navette le matin

Coté organisation, une première édition quasiment parfaite, et grande majorité des athlètes qui repartent satisfait je pense. Perso, mention spéciale pour les ravitaillements vélo organisés en dehors de la route comme à Bédoin où l’on rentrait sur un parking pour en ressortir. Du coup, si on veut tracer on trace, et sinon on peut s’arrêter et remplir ses bidons tranquillement ou se revitailler en solide. En prime, un bonnet de bain Zerod très classe, et un beau maillot noir de finisher qui se mérite 😉

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.