Trail des 3 pignons – Premier objectif de la saison !

Ce week-end se déroulait le trail des 3 pignons à laquelle on participait pour la 3e année consécutive avec Catherine. Parcours sympa de 21 kilomètres officiel pour 200m de dénivelé, qui se tient dans la forêt éponyme, en serpentant entre les fameuses 25 bosses. De mon coté, cette course marquait aussi le premier objectif de la saison, en sanctionnant … ou pas les progrès en course à pied de cet hiver.

Arrivés sur place vers 8h30 avec Catherine et Isabelle, on part retirer nos dossards sous un ciel bleu … A ce moment là, et malgré les prévisions de météo France, je fais l’erreur de penser que cela va tenir le temps de la course … Du coup, je pars en trifonction ce qui me sera fatal sur la fin 🙁

Après un échauffement correct d’une vingtaine de minutes, j’arrive sur la ligne avec une dizaine de minutes d’avance, juste après le départ du 10k, histoire d’être bien placé. Je suis rapidement rejoint par les plus rapides, tandis que le reste des 800 participants s’amasse derrière nous. Mais c’était sans compter avec les dizaines d’olibrius qui viennent s’agglutiner devant nous, sans vergogne et sans que l’organisateur ne dise quelque chose ! Inutile de dire que ça râle pas mal autour de moi et qu’au moment du départ, cela donne lieu à une belle bousculade et quelques belles égratignures dans les ronces pour passer 🙁 Il me faudra presque attendre le premier virage 500m plus loin pour pouvoir courir à ma main …

Je pars assez rapidement en oscillant entre 4:00 et 4:15 sur les 3 premiers kilomètres que je boucle à 4:10 de moyenne malgré le sable et la boue.

Avec les chutes de pluie de la veille, je pensais que le sable serait à peu près damé, mais il n’en est rien 🙁 Connaissant le parcours par cœur (mon terrain de jeu en VTT et en CAP le WE !), je sais que le parcours reste à peu près plat sur les 7 premiers kilomètres et j’essaie de conserver le même rythme. Je me retrouve à l’approche de la première bosse à 4:20 de moyenne sur les 9 premiers kilomètres. Je monte celle ci au taquet en essayant de rester au contact des concurrents plus léger que moi … C’est vrai qu’un ou deux kilos en moins, ça aiderait ! Je sais que derrière il y a une belle descente où je pourrai récupérer et relancer. Arrivée dans la descente légèrement empierrée, je vois la différence de l’habitude de ce genre d’exercice puisque je reprend et je lâche plusieurs concurrents 🙂

Mais ça c’était avant, avant le petit raidillon habituel que tout le monde ou presque grimpe en marchant, et surtout l’arrivée de la pluie 🙁  C’est une pluie battante, glaciale et mêlée de grésil qui se met à tomber et me frigorifie. Arrivé en haut de la dernière bosse et alors que je comptais sur les 4 derniers kilomètres (quasi plats) pour relancer, je suis transi de froid, surtout au niveau des bras. Jamais eu aussi mal aux bras et aux poignets ! Devant moi se trouve un petit groupe d’une dizaine de personnes sur lesquels je n’arriverai jamais à rentrer, ce qui me laissera aux marches d’un top 50. Impossible de revenir à 4:15/4:20 malgré mes efforts, et je termine en 1:30:38 temps officiel, 58e sur 808 arrivants, à 30″ de la 50e place qui se trouve être juste en dessous de d’1h30 !

Après 1h45 en 2015, et 1h34 en 2016, je continue ma progression et je valide ainsi les progrès réalisés cet hiver sous la houlette de Guillaume (2EP), même si je suis quand même un peu déçu : je pense que les 1h30 étaient jouables, voire mieux sans cette météo, mais les conditions étaient les mêmes pour tout le monde de toute manière. RDV en 2018 pour concrétiser et gagner encore quelques minutes. D’un autre coté, ça fait quand même 10″ de moins au kilomètre qu’en 2016, et je termine la course dans de bonnes conditions au niveau musculaire. Avec 20,2 kilomètres mesurés (21 officiel …) et 200m de D+, plus le terrain, ça me laisse penser que je passe facilement sous les 1h30 au semi-marathon comme ont pu me le laisser penser aussi les séances de ces dernières semaines 😉

Par ailleurs, intéressant de noter que cette année, cela courrait vite devant, très vite ! Sur Strava, tous les meilleurs temps sur les segments concernés (dont certains tenaient depuis 2015) sont tombés, et le premier termine en 1h15 contre 1h17 pour le vainqueur en 2016, sur un parcours identique ! 3:45 de moyenne pour le premier, et 3:20 en descente … là où je passe « rapidement » à 3:55 !

Une fois la ligne d’arrivée franchie, retour à la voiture où je mettrait presque 30′ à me réchauffer, juste à temps pour revenir voir les filles arriver en 2h, gros progrès pour Isabelle ! A noter la petite serviette brodée reçue en cadeau de l’organisation, et jamais cadeau de course ne sera autant tombé à point !

Liens : 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.