Veni, Vidi, Vichy !

Finisher Vichy IM 70.3

Finisher Vichy IM 70.3

Oui, je sais, elle est facile celle là (à condition d’avoir fait autre chose que de rouler des crottes de nez en cours d’histoire ou de latin). Mais bon, résumé rapide, comme la course, de l’IronMan 70.3 Vichy d’aujourd’hui.

Version courte pour les plus pressés (et les autres aussi, je rédigerai la longue un soir de pluie) :

  • Commençons par le plan : nager « cool » (histoire de pas refaire Nevers), rouler à tombeau ouvert dans les limites du raisonnable pour courir (bien envie de me refaire le tour en mode « no limit » pour rire), et courir en dessous d’1h40, histoire de terminer en moins de 5h
  • Le déroulement : natation cool (trop ?) en 38′, vélo à tombeau ouvert (~39 de moyenne pour 2h24′ sur 93k, ça va en faire causer) mais avec une pénalité de 5′ pour « comportement dangereux » – désolé pas habituer à rouler en groupe ! -, 1h45 en course à pied avec 4 pauses popo (pas la journée :-/ ), mais moins de 5h quand même (faut pas déconner non plus) : 4:59:12 (donc 4:54 sans ma pénalité :-/ )

Sic erat scriptum !

9/9/15 – La version longue … (il a pas encore plu, pas grave !)

Samedi 29 Aout 2015, 5h du matin, direction Vichy pour prendre le départ du 70.3 qui précédera l’IronMan du dimanche auquel participe Catherine. Une semaine déjà que nous sommes à Vichy et une période d’affutage un peu différente de celles dont j’ai l’habitude. Il faut dire que pour l’Alpe d’Huez, je me suis demandé dans quelle mesure je ne suis pas arrivé trop fatigué le jour de la course. Du coup, une semaine plutot légère avec des sorties courtes en endurance, avec des rappels d’allure, et natation tous les jours (quel bonheur de pouvoir accéder au centre nautique de Vichy et son bassin de 50m extérieur)

Arrivé au parc à vélo vers les 5h30, je dispose d’une heure et demie pour installer mes chaussures sur mon vélo, mettre mes sacoches, mes gourdes et tout vérifier, avant de me préparer pour la natation. Cela fait tôt, mais perso je préfère arriver un peu plus tôt histoire d’avoir tout préparer avant que mes camarades ou des connaissances arrivent. Plus serein comme ça. Une fois tout préparé, je rentre dans le bâtiment jouxtant le parc à vélo pour attendre l’heure du départ tranquillement. La pression monte, et après quelques aller-retours aux toilettes, il est temps d’enfiler la combi. Avec Manu, Jeje et Cyril, nous partons les premiers dans la vague de 7h qui comprend 500 personnes (les meilleurs il parait 😉 ). Julien, Benoit, Yannick et Mariette nous suivent dans une autre vague. L’eau est annoncée à 22°6, combi autorisée (ouf !), et elle devrait l’être aussi le lendemain pour l’IM (en fait cela fut limite avec une température de 23°6 le dimanche matin !).

Natation

Après un échauffement à sec, on rentre tranquillement dans l’eau et on attend le départ. Devant moi et en première ligne, Yves Cordier discute souriant et serein (vu sa performance on comprend à postériori !). Perso, j’ai décidé de ne pas forcer et de rester cool histoire d’éviter de reproduire le CD de Nevers. Je nagerai donc tranquillement en respiration 3 temps, pour éviter de me mettre dans le rouge, ce qui 1) ne me ferait pas aller plus vite et 2) me ruinerait pour le vélo, puis la CAP. Le parcours est plutôt simple (1 A/R), mais rapidement il y a confusion au niveau des bouées, avec une grosse bouée jaune au départ qui ne sera plus là le lendemain pour l’IM. On est nombreux à avoir été la chercher à main gauche, alors que de nombreuses personnes la coupait. J’avais quand même l’impression que les kayaks essayaient de leur faire contourner la bouée, mais pas évident dans l’eau. Sortie de l’eau sans encombre, et je cours prendre mon sac de transition vélo (le premier de la file ! coup de bol, mais au top).

Natation : 38’20 »

Vélo

Après un changement rapide, je décolle et je monte sur mon vélo le couteau entre les dents. Si il y a bien une discipline où je veux faire un temps c’est là vu mes progrès cette année et ma capacité à rouler vite sur le plat. Je double (dépose) Manu dans les premiers virages pour sortir de l’hippodrome, et je manque au passage de me ramasser dans le premier virage : les freins sont pleins de rosée nocturne et au premier freinage rien (ou pas grand chose) ne se passe. Petit numéro d’équilibriste et c’est reparti. Et je commence à doubler les concurrents meilleurs en natation, ce que je n’arrêterai pas de faire jusqu’à la fin 🙂 Après Manu, c’est d’ailleurs Cyril que je reprend assez rapidement avant le 20e. Le parcours est rapide, je le connais bien et il n’y a pas un brin de vent. Objectif 230/240W NP histoire de bien courir ensuite. La surprise vient de la vitesse : alors que dans l’été j’avais fait le circuit à 38 k/h pour 250W NP, là c’est à 39 k/h de moyenne que je le bouclerai pour moins de 240W. Grâce au repos sans aucun doute, mais aussi à la roue lenticulaire Flo Cycling. Que du bonheur. Seul bémol : une pénalité aux alentours du 50e kilomètre, juste après avoir doublé Jéjé 🙁 et donc 5′ de punition en arrivant au parc à vélo. Pénalité pour comportement dangereux (!!??) alors que je me dégageai d’un groupe qui venait de me reprendre pendant que je m’alimentai. J’ai l’impression qu’avec le passage sous label IronMan les arbitres étaient particulièrement fébriles. Anyway, that’s life et ça m’apprendra à gérer ce genre de situation la prochaine fois (même si sur le coup j’étais beaucoup moins fataliste et un peu plus agressif), en me laissant glisser suffisamment à l’arrière pour redoubler proprement.  Le problème est que l’arbitre a ensuite fait 30k sur mon dos (je ne savais pas encore que j’étais dans les 40 premiers en vélo) … en m’intimant de dépasser « rapidement » chaque groupe ou athlète sur qui je remontai. Ce qui fait qu’au lieu de doubler tranquillement en évitant un trop gros pic de puissance, je me suis retrouvé à enchainer des efforts de 300 à 400W … Ce qui m’a donnée une assez grande variabilité d’effort, et m’a certainement impacté sur la course à pied 🙁

Vélo : 2h24’15 » pour 93k 🙂 et le 39e temps vélo !

Course à pied

Départ rapide sur la course à pied. Comme d’habitude aucun souci avec l’enchaînement, et je pars vite, trop même … La 920xt n’est décidément pas une référence coté allure de course à pied, et à posteriori il s’avère que je suis plus parti entre 4:00 et 4:15 qu’à 4:30/4:45 🙁 Mais les jambes sont là, tout au moins sur les premiers 5 kilomètres. En fait, c’est du coté gastro intestinal que viennent les problèmes, une première pour moi en course. Du coup, j’enchaîne les pauses aux toilettes (4 au total). Ce qui fait qu’in fine, je ne suis pas trop mécontent de mon temps de course à pied qui aurait plutôt frôler les 1h40 sans ces coupures intempestives. Est ce le fait de m’être lever une heure plus tard que d’habitude avant course ou bien la gourde High 5 que j’ai prise en route ? Difficile à savoir, et je n’avais pas été embêté jusque là, ni depuis d’ailleurs.

Course à pied : 1h44’53 »

Temps final de 4h59’12 » pénalité comprise, et le bonheur de terminer enfin de dessous des 5h sur un half, complet qui plus est (> 90k de vélo et 21k de course à pied). D’autant plus que sans pénalité et sans les pauses toilettes, j’approcherait les 4h50 🙂

Beau tir groupé de notre petite équipe qui termine à 2′ les uns des autres : Cyril ouvre la marche en 4h48, Jéjé suit de peu en 4h50, Manu le talonne en 4h52, moi en 4h54 réel (4h59 avec pénalité) et Mariette en 5h02 ! Julien, Benoit et Yannick ne sont pas très loin en respectivement 5h08, 5h12 et 5h17 !

Personnellement, résultat à confirmer maintenant sur une prochaine course … pourquoi pas au NatureMan (mais ça va être difficile) et surtout à Aix en 2016. D’ici là, j’ai tout l’hiver pour apprendre à nager (pas que j’en attende un grand bénéfice), passer de 275/280W de FTP à plus de 300W (pas très compliqué, juste à travailler sur le trainer) et continuer de progresser régulièrement en course à pied.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.