[Race Report] NatureMan Var, what else ?

Dimanche 8 Octobre 2017 14h21, les Salles sur Verdon. Je franchis la ligne d’arrivée du NatureMan pour la 5e fois. Le meilleur moment de la journée que je savoure au soleil, en attendant l’arrivée de Catherine et des copains (encore que pour un, ce soit lui qui m’ai attendu !)

Retour Vendredi soir. Arrivée sur le plateau de Valensole en  fin d’après-midi, au gite que nous louons. Un peu loin des Salles, mais pas le choix pour avoir une location qui accepte les chiens, Clark faisant partie du voyage. Le temps de s’installer, et on est en place pour assister au coucher de soleil sur les lavandes.

Une fois n’est pas coutume, le WE s’annonce quasi estival, même si l’air est un peu frais la nuit … 4° sur le plateau au petit matin, brrrr …. Le pied d’autant qu’après la course nous restons sur place quelques jours pour finaliser la préparation à l’endurance trail des templiers qui se déroule 15 jours plus tard ! Une fois les affaires déposées, premier d’une longue série d’aller retour aux Salles pour y diner avec 3 copains (dont Bertrand, futur Embrunman en 2018, n’est ce pas ?). C’est leur première participation au Natureman et ils ne seront pas déçus … mais promettent de revenir en 2018 😉

RDV en 2018 !

Samedi matin, direction les Salles pour récupérer les dossards et nager un peu. Si vous n’avez pas encore vu la vidéo des films du grand large, foncez et dites vous que c’est encore mieux en vrai !

[kad_vimeo url= »https://vimeo.com/237366765″ ]

Direction le lac où je vais nager un peu pendant que Catherine et ses parents se promènent. Eau à 20° et limpide, pas un chat, qqs vaguelettes, grand soleil, on n’est pas bien là !!?? Je nage 15′, le temps de constater que mon assiduité à la piscine ces dernières semaines porte ses fruits  : 1:50, tranquillement. La même demain, je signe !

Retrait des dossards à midi, en même que le cadeau de cette année, une doudoune sans manche, qui viendra complèter la collection des goodies du Natureman 😉 Il est temps de rentrer déjeuner et faire quelques courses avant de revenir faire un petit tour en vélo l’après-midi. En fin d’après-midi en fait (ce qui me vaudra les foudres de Guillaume lol). Montée d’Aiguisnes « souple » avec 6x(20″/20″) bouclées à …. un peu plus de 450W de moyenne ! Pas évident de rester dans la bonne plage sur cette durée, mais les sensations sont bonnes, les jambes sont là et je résiste à la tentation d’appuyer un peu 🙂

J’adore ce vélo !

J’en profite pour allonger un peu la sortie et faire la descente complète histoire de retrouver mes réflexes en descente et vérifier le freinage des Zipp 404 NSW dont c’est la première sortie (je sais, on n’essaye rien de neuf le jour de la course lol). Constat positif, ca descend bien avec le P5 (à Gérardmer j’avais plutôt subi avec la pluie) et surtout ca freine bien. D’ailleurs le lendemain, je gagnerai 10% de temps sur la redescente d’Aiguisnes aux Salles par rapport aux éditions précédentes.

Dimanche matin, grasse matinée avec un réveil à 6h ! Y a pas à dire, c’est quand même sympa ces courses qui démarrent à 9h/9h30 plutot que 7h/7h30 🙂 Gatosport, compote comme d’habitude et départ pour les Salles où l’on arrive de bonne heure histoire de ne pas galérer pour se garer. Malgré l’heure matinale (les filles partent à 8h50, les garçons à 9h), beaucoup de monde est déjà sur place. Direction le parc à vélo, dont l’organisation a quelque peu changée depuis l’an passé. Dépose rapide des affaires (on n’est pas venu camper non plus !), repérage et entrées/sorties nat/vélo/cap et direction le chemin qui borde le lac pour un petit footing d’échauffement histoire de se réchauffer un peu. La sono monte tranquillement le volume, la montgolfière se gonfle, le soleil pointe son nez, la journée s’annonce au top !

La puce, pas trop réchauffée

8h40, direction le lac pour se mouiller rapidement et difficile d’en sortir tant on y est bien ! Petit bisous à la puce qui va se placer dans le sas, et c’est parti pour les filles.

Un peu plus de 2000m au final selon les avis (2100 minimum, 2200 certainement), avec une sortie à l’australienne sur l’ile qui fait face aux Salles. Une fois les filles parties, c’est à notre tour de prendre place. Je perd de vue Max, Bertrand and co dans la manip, et comme d’habitude je me place en première ligne, genre je sais nager 🙂 Comme d’habitude je me fais passer dessus par la meute et direction la première bouée, assez proche du départ, qui promet d’être épique avec son virage à 90°. Finalement, beaucoup de monde préfère prendre large et cela ne se passe pas si mal. Le reste de la natation sera tranquille sans gros chahut et sans trop de dépassement. Ce n’est pas encore aujourd’hui que je vais faire Flipper le dauphin, mais comme à Gerardmer, je suis mieux qu’avant, certainement grâce aux dernières séances de natation au RMA. Confirmation à l’arrivée avec un classement en milieu de tableau en natation.

Retour dans le parc, et direction le vélo. Je suis conforté dans le fait que j’ai, certes nagé comme une enclume, mais mieux que d’habitude quand je vois le nombre de vélos dans le parc. Toujours ça de moins à doubler ! Départ couteau entre les dents, en râlant après tout ce qui n’avance pas 😉 Fais pas chaud faut appuyer pour se réchauffer … Et je commence à doubler non stop 🙂 Arrivé dans les premiers virages d’Aiguisnes, je dépasse Catherine qui manifestement n’est pas réchauffée non plus 😉 « Appuie puce, ça va te réchauffer … ». Pas l’air convaincue 😉 Je continue allégrement de doubler jusqu’au sommet en faisant la causette avec un sociétaire de Nice format Indurain. Les jambes sont là et je monte à 270W de moyenne pendant 20′ sans forcer.

La vue d’en haut d’Aiguisnes … la veille 🙂

Bascule sur la descente et il y a déjà beaucoup moins de monde devant, ce qui la rend plus facile. Avec la répétition de la veille, je sais pertinement où freiner (ou pas), et le retour aux Salles se fait en une grosse dizaine de minutes seulement. Un vrai bonheur le P5 avec les Zipp, le tout bien nettoyé et règlé. Aucun bruit sur le revêtement de la route des Salles (un billard), que du bonheur. Je continue ma remontée bien décider à rattraper un maximum de monde, quand arrivé à Moustiers je me fais interpeller dans la côte par un collègue du RMA, entrainé par Jo(nathan Troyen). A Vichy, je l’avais doublé au 35e kil, et là rebelote 😉 Direction l’enfer du sud qui point le bout de son nez … La seule erreur que j’ai commise  et qui m’empêche de faire une course « pleine ». Je connais ce parcours par coeur, et j’étais persuadé de l’avoir fait en 39×28 il y a deux ans sur le Canyon … force est de constater que je devais être en 36×28 🙁 et je me retrouve scotché dans la pente à pousser plus de 300W, mais à même pas 50 RPM :-/ 3′ minimum de perdues et surtout du jus pour la suite.

L’enfer c’est les autres … ou pas (photo Daniel Comiza)

A méditer et à retenir pour Embrun … Arrivé en haut, retour en mode CLM et je ré-attaque avec un petit top 20 sur les 10 kils qui suivent #aeromatters. Ces kilomètres me sont favorables et je déroule, avant d’attaquer la descente vers les basses gorges du Verdon. Descente à 4/5 individus où nous sommes deux à être à l’aise dans la descente, mais pas facile de doubler tant le revêtement est mauvais. D’ailleurs dans le dernier virage, 2 chutes, un tout droit devant sans conséquences, et une chute derrière que j’entends sans la voir. Avant dernière difficulté avec la remontée sur Beaudinard … La fatigue commence à se faire sentir et je moyennerai à 250/260W sur les deux dernières difficultés, bien content de retrouver le tronçon rapide du retour vers les Salles. Plus beaucoup de monde devant maintenant, et les concurrents sont de plus en plus difficiles à aller chercher.

Pour donner une idée de la difficulté du parcours, Bertrand Billard réalise un temps de 2h10 à Aix contre 2h25 au Natureman (en faisant un paquet de KOM au passage ) …

Retour aux Salles sans encombres en moins de 3h (2h54) pour 92k sur le nouveau parcours (plus difficile) avec les 76e temps vélo, alors que mon meilleur temps était de 3h sur l’ancien, en battant tous mes records sur les tronçons au passage #happy. Le 50e temps vélo en 2h50 était prenable sans cette boulette dans l’enfer du sud … On reviendra c’est certain 😉

Rapide transition, et la satisfaction de voir beaucoup moins de vélo dans le parc … J’y arrive dans les 100e et je conserverai ma place jusqu’à la fin en grapillant quelques places sur la course à pied (faut vraiment que j’apprenne à nager !). Nouveau parcours de course à pied en deux boucles identiques, avec à deux reprises la terrible bosse en terre et la montée sur le village. Parcours magnifique avec un retour en bord de lac, mais vraiment usant … avec là aussi des temps allongés par rapport aux éditions précédentes. Je boucle le parcours en un peu moins d’1h40 sans me faire dépasser. Temps final de 5h21, 107e au général et 12e de ma catégorie, mes meilleurs classements à ce jour sur half 🙂

Progression sur 6 ans au NatureMan

Mission réussie, avec les deux courses principales de l’année (IronMan Klagenfurt et Natureman) qui se sont déroulées correctement et qui concrétisent les progrès de l’année sous la houlette de Guillaume !

Place maintenant à une grosse semaine avant l’endurance trail des templiers dans 15 jours, avec notamment 3 jours de travail sur fatigue …

Un gros merci à Eric et à tout l’équipe du Natureman, organisateurs et bénévoles, qui nous offrent depuis 6 ans maintenant l’opportunité de participer à une des plus belles courses au monde, dans une ambiance on ne peut plus conviviale. Et rendez-vous l’an prochain sans faute !

Liens Strava : 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.